Supervision

Dans l’optique d’une réelle intégration de l’EM à ses pratiques professionnelles. Il est démontré la nécessité d’obtenir une rétroaction sur ses pratiques. La supervision sert à la fois à prendre du recul pour analyser sa propre pratique de l’EM et également à obtenir une rétroaction dans un but d'amélioration continue

 

Pourquoi se faire superviser ?

C’est la meilleure option pour poursuivre le développement de ses compétences en ENTRETIEN MOTIVATIONNEL (EM).

L’AFDEM propose différents formats de supervision : en individuel ou en groupe, avec ou sans rétroaction écrite.  

Découvrir les différentes formules proposées 

La supervision : c’est pour qui ?

La supervision s’adresse à des personnes qui ont déjà suivi une formation à l’entretien motivationnel. Elle est accessible à qui en fait la demande.

La supervision : c’est quoi ?

La supervision a pour objectif l’amélioration des compétences professionnelles. La supervision ne vise pas l’évaluation de la pratique. Le but de la supervision à l’EM est d’accompagner l’intervenant dans le développement de ses nouvelles compétences et de l’aider à les appliquer dans son contexte de travail. Elle permet de suivre le développement des compétences et de maintenir les acquis pour assurer la fidélité de la pratique de l’EM.

Selon plusieurs études, dont celle de Miller en 2004[1], les formations et ateliers à l’entretien motivationnel (EM), quelque soit le nombre de jours consacrés, s’avèrent être un moyen utile pour sensibiliser les intervenants à cette approche. Ils sont par contre insuffisants pour modifier les pratiques au quotidien à moyen ou long terme et pour acquérir de nouvelles compétences à l’EM. La supervision avec rétroactions est un outil qui lui, a fait ses preuves en complément d’une première formation[2].

La supervision : comment ça se déroule ?

Pour être efficace, cette supervision devrait être réalisée à intervalle régulier et prolongé dans le temps. À titre indicatif, il est proposé d’avoir 5 à 6 heures de supervision individuelle au cours des 6 premiers mois après la formation de base.

Il est également recommandé de poursuivre cette supervision, deux fois par an, au minimum, pour maintenir le niveau de compétences à l’EM.

La supervision est réalisée dans l’esprit de l’EM. Elle favorise la prise de conscience des attitudes, des éléments à améliorer et des points forts déjà acquis par le supervisé. Pour y arriver, la supervision est faite sur base d’un enregistrement audio d’une intervention fourni par le supervisé.

                                                      

Le supervisé peut se préparer à la rencontre de supervision en :

  • Identifiant, dans son contexte professionnel, les situations dans lesquelles l’entretien motivationnel pourrait être adapté, utilisé et pertinent
  • Réfléchissant à ses besoins, ses forces, ses apprentissages et ses attentes vis-à-vis de la supervision
  • Choisissant les compétences de l’EM sur lesquelles il veut mettre un accent particulier
  • Définissant un objectif de développement de sa pratique à l’EM

Pendant la rencontre, le supervisé peut attendre du superviseur qu’il :

  • Facilite l’apprentissage par l’établissement d’une atmosphère d’accueil, de bienveillance et de respect afin de créer un espace sécurisant dans lequel il sera capable d’évoluer
  • S’assure de bien adapter la supervision au mode d’apprentissage et attentes des deux partenaires (focalisation)
  • Échange aussi bien sur les forces du supervisé que sur quelques pistes d’amélioration
  • Transmette des connaissances de l’EM en lien avec les pistes d’amélioration identifiées
  • L’accompagne dans la recherche d’apport théorique
  • L’accompagne dans l’exploration des questions déontologiques et éthiques
  • Établisse une synthèse qui relève les schémas, les forces, les difficultés et les objectifs du supervisé et qu’il lui communique s’il le désire.

À la suite de la rencontre, le supervisé sera en mesure de :

  • Mieux auto-évaluer ses entretiens
  • Identifier des pistes d’amélioration pour ses futurs entretiens

Particularité de la rétroaction écrite

Une évaluation de la pratique du supervisé pourrait être faite à sa demande à l’aide d’un codage utilisant l’instrument d’évaluation de l’intégrité de la pratique de l’entretien motivationnel MITI 4.2 (Motivational Interviewing Treatment Integrity).

Dans cette perspective, une rétroaction écrite basée sur la grille de codage du Motivational Interviewing Treatment Integrity scale (MITI) sera remise au supervisé.

Description du MITI

Le MITI est un instrument de codage permettant d’évaluer de façon structurée, la fidélité des interventions aux principes de l’entretien motivationnel. Le MITI se réalise à partir d’un enregistrement audio. Les propriétés psychométriques de cet instrument ont été étudiées et mettent en évidence sa fiabilité et sa validité[1]. Comme pour l’administration de tout instrument, son usage exige une formation.

Le codage de l’entretien à l’aide du MITI a un but pédagogique. Les scores relevant du codage permettent à l’intervenant de s’évaluer et d’évaluer sa progression. L’intervenant peut aussi constater les progrès réalisés entre chaque mesure. Les rétroactions écrites sont destinées à l’intervenant concerné et sont confidentielles.

Le codage par le MITI 4.2 se fait en deux parties.

La première partie permet d’évaluer qualitativement l’attitude globale de l’intervenant. Quatre dimensions sont considérées. Deux sont d’ordre technique (Cultiver le discours-changement et Modérer le discours-maintien) et deux sont d’ordre relationnel (Partenariat et Empathie). Les scores sont repris sur une échelle de type Likert de 1 (faible) à 5 (élevé).

La deuxième partie du MITI mesure la fréquence de certains comportements. Trois catégories de comportements sont évaluées :

 

  • Les comportements adhérents à l’EM : Valoriser, Chercher la collaboration et Accentuer l’autonomie
  • Les comportements considérés comme neutres : Refléter, Donner de l’information, Questionner et Persuader avec permission
  • Les comportements non adhérents à l’EM : Persuader et Confronter

 

[1] Miller WR, Yahne CE, Moyers TB, Martinez J, A randomized Trial of Methods to help clinicians learn Motivational interviewing. J consult Clin Psychol.2004;72(6):1050-62

[2] Croffoot C, Krust B, Black MA, Koerber A. Evaluating the effects of coaching to improve motivational interviewing skills of dental hygiene students. J Dent Hyg. 2010 Spring;84(2):57-64

[3] Moyers, T.B., Manuel, J.K.; Ernst, D. (2014). Motivational Interviewing Treatment Integrity Coding Manual 4.2. Adapté et traduit de l’anglais par Cristiana Fortini, Patrick Berthiaume et Jacques Gaume.